Les Royaumes Fantastiques.

Entrez dans un univers étrange et merveilleux, fait de légendes, de créatures étranges et de mondes superbes. Bienvenue aux Royaumes Fantastiques.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Phénix.

Aller en bas 
AuteurMessage
Eledhwen
Seigneur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 368
Age : 28
Oeuvre préférée : Illium, Dan Simmons
Animal représentatif : Dragon
Date d'inscription : 20/08/2007

Descriptif du personnage
Espèce: Humain
Activité/Métier: Seigneur

MessageSujet: Le Phénix.   Dim 23 Mar - 14:57

Le Phénix.
Mythes.

Dans de nombreuses civilisations, on retrouve les traces de cet oiseau mythique qu'est le phénix. En Egypte, il est associé à l'oiseau sacré Benu comme symbole des révolutions solaires et de la manifestation de l'Ame de Râ, le dieu solaire. En Chine, le Phénix (feng-huang) est le deuxième des quatre animaux fabuleux sacrés ou doués de spiritualité unissant le yin et le yang. Pour les romains, il représente la force vitale et toujours renouvelée de leur empire, c'est pour cette raison qu'on retrouve le phénix sur certaines pièces de monnaie et fresques de l'époque. Quant aux grecs et aux catholiques, il est pour eux le symbole de l'Immortalité et de la Résurrection. C'est cette dernière version qui se rapproche le plus de celle des univers de fantasy.

Chez les grecs, la première mention du phénix se trouve dans un fragment énigmatique d'Hésiode :
« La corneille babillarde vit neuf générations d'hommes florissants de jeunesse ; le cerf vit quatre fois plus que la corneille ; le corbeau vieillit pendant trois âges de cerf ; le phénix vit neuf âges du corbeau et nous vivons dix âges de phénix, nous, Nymphes aux beaux cheveux, filles de Zeus armé de l'égide. »

Hérodote est le premier à fournir une version détaillée du mythe :
« On range aussi dans la même classe un autre oiseau qu'on appelle phénix. Je ne l'ai vu qu'en peinture ; on le voit rarement ; et, si l'on en croit les Héliopolitains, il ne se montre dans leur pays que tous les cinq cents ans, lorsque son père vient à mourir. S'il ressemble à son portrait, ses ailes sont en partie dorées et en partie rouges, et il est entièrement conforme à l'aigle quant à la figure et à la description détaillée.
On en rapporte une particularité qui me paraît incroyable. Il part, disent les Égyptiens, de l'Arabie, se rend au temple du Soleil avec le corps de son père, qu'il porte enveloppé dans de la myrrhe, et lui donne la sépulture dans ce temple.Voici de quelle manière : il fait avec de la myrrhe une masse en forme d'œuf, du poids qu'il se croit capable de porter, la soulève, et essaye si elle n'est pas trop pesante ; ensuite, lorsqu'il a fini ces essais, il creuse cet œuf, y introduit son père, puis il bouche l'ouverture avec de la myrrhe : cet œuf est alors de même poids que lorsque la masse était entière. Lorsqu'il l'a, dis-je, renfermé, il le porte en Égypte dans le temple du Soleil. »

Hérodote considère donc le phénix comme un oiseau réel, qu'il rapproche du bénou, un oiseau sacré égyptien. Vivant sur la benben ou sur le saule sacré d'Héliopolis, le bénou est une manifestation du dieu Rê et du dieu Osiris ; il est associé au cycle sothiaque.
Cependant, certains détails cités par Hérodote ne cadrent pas avec les conceptions égyptiennes : ainsi de l'apparition tous les 500 ans et de l'ensevelissement du père. On a suggéré une mauvaise compréhension par Hérodote du symbole égyptien : il aurait interprété comme une filiation physique la relation entre le bénou et les divinités dont il est la manifestation temporaire. Selon d'autres, le phénix que décrit Hérodote n'aurait en réalité pas de rapport avec le bénou, mais serait la variante grecque du mythe oriental de l'oiseau du soleil ; ce phénix aurait symbolisé très tôt la « grande année », c'est-à-dire la durée nécessaire à un cycle équinoxial complet, et son association au cycle sothiaque serait postérieure.

Chez les chrétiens, l'oiseau mythique évoque également le feu créateur et destructeur. Comme le Soleil, le Feu symbolise l'action fécondante. En consumant, il purifie et permet la régénération. Lucifer, le « porteur de lumière », précipité dans les flammes de l'enfer, incarne le feu qui ne consume pas et exclut de la régénération. Au contraire, le phénix rejoint le symbolisme du feu des rites initiatiques de mort et de renaissance.
Dans certaines crémations rituelles, le feu est aussi considéré comme véhicule ou messager du monde des vivants vers celui des morts. De même, le phénix porte souvent une étoile qui indique sa nature céleste et la vie dans l'autre monde. Tout le Moyen Âge a vu en lui le symbole de la résurrection du Christ.
Le griffon était également une représentation du Christ, venant du fait que c'est un animal terrestre (corps de lion) et aérien (ailes d'oiseau). La partie terrestre représentant le corps du Christ et sa présence sur Terre parmi les Hommes et la partie aérienne représentant « Dieu », sa partie spirituelle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaume-fantasy.1fr1.net
Eledhwen
Seigneur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 368
Age : 28
Oeuvre préférée : Illium, Dan Simmons
Animal représentatif : Dragon
Date d'inscription : 20/08/2007

Descriptif du personnage
Espèce: Humain
Activité/Métier: Seigneur

MessageSujet: Re: Le Phénix.   Dim 23 Mar - 21:23

Le Phénix dans la Fantasy.

Dans de nombreuses civilisations, on retrouve les traces de cet oiseau mythique qu'est le phénix. En Egypte, il est associé à l'oiseau sacré Benu comme symbole des révolutions solaires et de la manifestation de l'Ame de Râ, le dieu solaire. En Chine, le Phénix (feng-huang) est le deuxième des quatre animaux fabuleux sacrés ou doués de spiritualité unissant le yin et le yang. Pour les romains, il représente la force vitale et toujours renouvelée de leur empire, c'est pour cette raison qu'on retrouve le phénix sur certaines pièces de monnaie et fresques de l'époque. Quant aux grecs et aux catholiques, il est pour eux le symbole de l'Immortalité et de la Résurrection. C'est cette dernière version qui se rapproche le plus de celle des univers de fantasy.

Il est facile de reconnaître un phénix. Son plumage est écarlate et or, sa beauté inégalable. Sa taille est peut être celle d'un aigle ou d'un oiseau géant. Sa tête est parfois surmontée d'une huppe écarlate, et ses plumes sont dorées. Sa queue s'étend dans son dos avec de longues plumes rouges ou or. Son corps est, quand le phénix le désire, recouvert de flammes. Quant à ses yeux, ils sont étincelants et brûlent d'intelligence.
Cet oiseau mythique est une créature de nature bonne et pacifique. Il n'aidera que des êtres doté d'un coeur pur et dont la cause est juste. Il est fidèle et ne trahira jamais. Il est insensible à toute séduction ou tentative de corruption. On peut compter sur lui.

Le phénix a le pouvoir de renaître de ses cendres. Au bout de 500 ans (ou en tous cas, lorsqu'il devient trop agé), il se consumme par sa chaleur interne, ne laissant qu'un oeuf recouvert de cendres. Quelques instants après, l'oeuf se fendille et voit naître un bébé phénix. Bien entendu, cet oiseau est capable de voler et laisse dans son sillage une trainée de feu. Il attaque avec ses griffes, son bec ou son corps auréolé de flammes. S'il meurt d'une manière autre que la vieillesse, le même processus peut intervenir.
Dans certains livres, ses larmes permettent de guérir toute maladie ou blessure et son chant donne du courgae dans le coeur des braves et de la crainte dans celui des impurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://royaume-fantasy.1fr1.net
 
Le Phénix.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Royaumes Fantastiques. :: Bibliothèque Royale. :: Bestiaire du Royaume.-
Sauter vers: